Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

vendredi 28 février 2020
sys bannière

Hévea/ Taxe de 5% sur le chiffre d’affaires des usiniers Les acteurs ont perdu 35 milliards de Fcfa en 3ans

Facebook Twitter Google LINKEDIN
Hévea/ Taxe de 5%  sur le chiffre d’affaires des usiniers   Les acteurs ont perdu 35 milliards de Fcfa en 3ans

Le Réseau des journalistes spécialisés en agriculture (Rejsa) a organisé ce mardi 20 mars 2019, une conférence de presse. L’invité des journalistes est Adi Isaac Kouamé, le porte- parole du Collectif des organisations professionnelles agricoles de la filière hévéa (Cophévéa). C’était dans les locaux de l’Agence ivoirienne de presse (Aip) au Plateau. Belle tribune pour M. Adi Isaac Kouamé de rappeler que l’instauration du taux de 5% sur le chiffre d’affaires des industriels a coûté plus de 35 milliards de Fcfa aux industriels. « Cela n’a pas été sans conséquences sur l’activité des acteurs de la filière hévéa. Car quand les usiniers perdent de l’argent nous en perdons et quand ils ferment les ponts bascules ça devient difficile pour les planteurs d’écouler leurs productions. Notre souhait c’est de supprimer carrément cette taxe de 5%. Même par la suite, elle payée par paliers, sa suppression sera un de nos combats à mener au sein de la structure de régulation(…) » a expliqué Adi Isaac Kouamé .Qui n’a pas manqué de se prononcer sur la chute brutale des cours mondiaux de l’hévéa qui a une forte répercussion sur les producteurs ivoiriens. En effet, de 1000 Fcfa le kilogramme entre 2009 et 2010, le kilogramme de l’hévéa est acheté à 271 Fcfa. Toute chose qui ne doit pas, selon l’invité des journalistes spécialisés dans l’agriculture, découragée les producteurs. Aussi, en attendant une embellie des cours, Adi Isaac Kouamé, souhaite une diversification des produits. « Les planteurs doivent diversifier leurs produits », a-t-il dit. Indiquant que cette diversification leur permettra de créer des plantations de cacao, café, palmier à l’huile sans oublier les cultures vivrières. Il n’a pas aussi manqué de faire un clin d’œil sur la mise en place de du collège des producteurs, un collège qui tarde depuis cinq ans. Cependant, il annonce que des dispositions sont en train d’être prise pour passer à cette étape pour permettre aux producteurs d’hévéa de prendre leur place dans l’interprofession. Sur la question de la création d’un fonds de réserve pour soutenir le prix qui est à son plus bas niveau depuis sept ans, le député de Prikro est catégorique. « Je suis pas d’accord pour la mise en place d’un fonds de réserve. Car le moment venu quand les paysans vont demander ce fonds aura déjà disparu », dit-il de façon sèche. Il propose tout simplement une vraie diversification. En 2016 la Côte d’Ivoire a produit, plus de 468000 tonnes de caoutchouc naturel sur une superficie de 550000 hectares. Les 160000 planteurs ont engrangé 163 milliards de Fcfa et la filière a enregistré un chiffre d’affaires de 308 milliards de Fcfa.

Charles Kader