Café 750 FCFA/kg - Cacao 700 FCFA/kg - Noix de cajou : 3770 FCFA/kg - Hévéa : 272,58 FCFA/Kg

jeudi 22 août 2019
sys bannière
Société

Société (209)

Latest News

Religion : Tidjaniya // Le Calife général Cheick Aboubacar MaÏga II appelle à la cohésion sociale

lundi, 15 juillet 2019 10:48 Written by

  Le vendredi  12 juillet 2019 restera gravé  dans la mémoire collective des fidèles Tidjanie de la Mosquée de l’Institut   Cheick Issa Sarba d’Abobo Samaké. Outre la prière du vendredi qui est un moment  d’intense communion,  ils ont reçu la visite de leur calife  général de la Tidjaniya,Cheick Aboubacar MaÏga II. Venu du Burkina Faso  avec  pour objectif, remercier   ses  coreligionnaires  pour le soutien à lui  témoigné  lorsqu’il était souffrant. Aussi,  ce membre fondateur de la fédération des associations islamiques du Burkina a dit : « Je suis venus en Côte d’Ivoire, pour dire merci de vive voix   aux fidèles de m’avoir soutenu dans ma maladie. Je me porte bien à présent.  Je peux encore avec la grâce de Dieu,   continuer les prières »  a déclaré  le Calife général. Non sans annoncer qu’après l’étape  de la Côte d’Ivoire, il mettra le cap sur  d’autres pays de la Sous- région. «  J’irai au Ghana, au Togo et au Niger pour remercier mes frères(…) de ces pays frères »  at-il ajouté.   Le Calife général qui   avait à  ses côtés, l’imam Lamine Sarba et plusieurs dignitaires  de la Tidjaniya en Côte d’Ivoire,  a fait beaucoup de bénédictions. Aussi, il a appelé à l’occasion ses coreligionnaires à semer les graines de la cohésion sociale tout en s’appuyant sur les prescriptions du saint Coran. «  Il faut que  les peuples de Côte d’Ivoire et ou  du Burkina Faso soient unis. Ne laissons pas la politique nous diviser. Ce que nous avons   en commun, c’est la terre et cette terre, c’est le bon Dieu qui nous l’a donné. Evitons les conflits et appuyons nous  sur les saintes écritures » Rappelons que  la cérémonie qui a eu lieu à l’Institut  islamique Check Sarba d’Abobo Samaké, a  enregistré la participation  plusieurs délégations de fidèles musulmans  venues aussi bien   des autres communes du District d’Abidjan que  l’intérieur du pays pour avoir la bénédiction  du Calife général    
  Bamba M.
 Légende photo :   Le  Calife général   des Tidjani Cheick Aboubacar Maiga II,  lors d’une séance de bénédiction à Abobo( Photo   sercom)

Abidjan- Tidjaniya// Le Calife général Cheick Aboubacar MaÏga II appelle à cohésion

dimanche, 14 juillet 2019 09:46 Written by

 Le vendredi  12 juillet 2019 restera gravé  dans la mémoire collective des fidèles Tidjanie de la Mosquée  Cheick Issa Sarba d’Abobo. Ce jour- là,  outre la prière du vendredi, ils ont reçu la visite de leur calife   général de la Tidjania,Cheick Aboubacar MaÏga II. Venu du Burkina Faso  avec  pour objectif, remercier    ses  coreligionnaires  pour le soutien à lui  témoigner lorsqu’il était souffrant. Aussi,  ce membre fondateur de la fédération des associations islamiques du Burkina a dit : « Je suis venus en Côte d’Ivoire, pour dire merci de vive voix   aux fidèles de m’avoir soutenu dans ma maladie. Je me porte bien à présent.  Je peux encore avec la grâce de Dieu,   continuer les prières »  a déclaré  le Calife général. Non sans annoncer qu’après l’étape  de la Côte d’Ivoire, il mettra le cap sur  d’autres pays de la Sous- région. «  J’irai au Ghana au Togo et au Niger pour remercier mes frères(…) de ces pays frères »  at-il ajouté.    Le Calife général qui   avait à  ses côtés, l’imam Lamine Sarba et plusieurs dignitaires  de la Tidjaniya en Côte d’Ivoire,  a fait beaucoup de bénédictions. Aussi, il a appelé à l’occasion ses coreligionnaires à semer les graines de la cohésion sociale tout en s’appuyant sur les prescriptions du saint Coran. «  Il faut que  les peuples de Côte d’Ivoire et ou  du Burkina Faso soient unis. Ne laissons pas la politique nous diviser. Ce que nous avons   en commun, c’est la terre et cette terre, c’est le bon Dieu qui nous l’a donné. Evitons les conflits et appuyons nous  sur les saintes écritures » Rappelons que  la cérémonie qui a eu lieu à l’Institut  islamique Check Sarba d’Abobo Samaké, a  enregistré la participation  plusieurs délégations de fidèles musulmans  venues aussi bien   des autres communes du District d’Abidjan que  l’intérieur du pays dans la ferveur totale, pour avoir la bénédiction  du Calife général     

 Moussa Kader : Légende photo :   Le  Calife général   des Tidjani Cheick Aboubacar Maiga II,  lors d’une séance de bénédiction à Abobo( Photo   sercom)

Abobo : Enseignement confessionnel// 27 élèves orphelins reçoivent des prises en charge de l’institut islamique Issa Sarba

mardi, 09 juillet 2019 23:49 Written by

   L’institut islamique Check  Issa Sarba  d’Abobo a célébré  les 6 et 7 juillet 2019,   ces meilleurs élèves   de l’  école privée   confessionnelles Halil Ibrahim, sis au sous quartier Abobo –Pk 18.   Avant le départ  pour les vacances scolaires.   Cette double cérémonie placée sous l’autorité spirituelle et religieuse  du Cheick Abdoul Aziz Sarba, par ailleurs, président de l’Ong  Assab,  a été l’occasion pour les dirigeants de   l’Epc Halil Ibrahim,   de célébrer l’excellence mais   aussi  remettre des  prises en charge de 100%  à 27 élèves orphelins de cette école. Où, les pensionnaires, suivent aussi bien le programme scolaire  national en vigueur en Côte d’Ivoire  et  des  cours en Arabe.  En plus  ce soutien  aux élèves orphelins, les trois meilleurs de chaque classe  ont reçus des cartables et  des fournitures scolaires.   Au nom des  enseignants, Madame Tamboura a dit merci au fondateur de l’établissement et aux parents d’élèves pour avoir  effectué le déplacement.  «  Merci à vous chers parents et à notre père et fondateur  Cheick Abdoul Aziz Sarba , pour ses actions  dans l’éducation et envers les orphelins et de la communauté musulmane. Merci pour vos sages conseils » Aussi,  la direction  de l’école a  donné  des instructions fermes  pour que  les bénéficiaires soient rigoureusement suivis.   Le Cheick  Abdoul Aziz Sarba  qui s’est félicité de la réussite de cette sympathique cérémonie, a dit en substance que les actes posés par  l’Ong  Assab et  la structure qu’il dirige s’inscrivent  dans la vision de feu  Cheick Issa Sarba : Qui est de contribuer à la promotion  de  la religion musulmane et de lutter contre la pauvreté.   A noter  que hier dimanche 07 juillet une autre école du même groupe ; le Groupe scolaire Osman Nuri Topbas a également célébré ses meilleurs élèves.     

Moussa Kader 
 Légende photo :  Le Cheick Aboul Aziz Sarba et  la 27 orphelins bénéficiaires des prises en charges

Prévalence du tabagisme dans le monde// L’Oms veut la réduire de 30% d’ici 2025

mardi, 09 juillet 2019 23:14 Written by

Voilà maintenant quelques années que la cigarette électronique s’est popularisée un peu partout dans le monde. D’autres produits ont par la suite vu le jour comme les produits de tabac chauffé. Mais quelles sont leurs réelles différences avec la cigarette classique ?   De l’avis  d’un  expert  qui   le dossier  depuis quelques années, «  le point commun entre la cigarette électronique et la cigarette classique, c’est la nicotine. C’est une molécule addictive qui pourrait être comparée à la caféine, même si elle est dite beaucoup plus addictive. Si les dangers de la cigarette sont aujourd’hui bien connus, beaucoup de gens en ignorent encore les causes réelles. La principale cause de la nocivité de la cigarette est la combustion. En effet, c’est lorsqu’il y a combustion du tabac (qu’il est brûlé), que la plante de tabac et les autres ingrédients, libèrent des milliers de molécules dont des centaines sont reconnues comme cancérogènes »  C’est  là  disent-ils, que  se trouve la différence majeure entre cigarette électronique, produit de tabac sans combustion et cigarette classique. « La cigarette électronique contient de la nicotine liquide, le produit de tabac chauffé comme son appellation l’indique contient du tabac mais il est chauffé et non brulé et la cigarette classique quant à elle, est combustible d’où sa nocivité. Ces produits sont-ils vraiment moins nocifs pour la santé » ajoute  M. Koffi,  un amateur de ces nouveaux produits rencontré dans un club  privé d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne.   A la question de savoir s’il faut faire une  différenciation dans la règlementation des produits sans combustion notre jeune fumeur ajoute  que « l’un  des objectifs de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) est de réduire la prévalence du tabagisme de 30% d’ici 2025. L'une des solutions les plus rapides et les plus efficaces pour atteindre l'objectif global de réduction des maladies non transmissibles serait de passer des produits de tabac conventionnels à des produits à faible risque, sans combustion. La première cause de maladies liées au tabagisme est l’ensemble des substances toxiques dans la fumée de cigarette, dont la plupart sont formées lors de la combustion du tabac »  .Il est à noter  qu’ un certain nombre d'organismes de réglementation et de santé publique ont reconnu qu'il était nécessaire d'encadrer la mise sur le marché de produits supposés réduire les risques de maladies liées au tabagisme. Alors, si l’objectif de santé publique est la priorité des gouvernements, des corps médicaux, des Ong et des sociétés civiles, il serait intéressant de comprendre pourquoi devrait-on interdire ou restreindre des produits qui seraient moins nocifs, pendant que les cigarettes classiques que nous savons très nocives pour la santé, sont tolérées ?  Aussi sur les bords de la lagune Ebrié( Abidjan)  d’autres experts et  accros  aux produits du tabac s’interrogent  si  les   fumeurs adultes qui choisissent de continuer à fumer, n’ont-ils pas droit à des alternatives si elles sont moins dangereuses pour leur santé ?Autant de questions que pourraient se poser les législateurs. Aujourd'hui, de nouveaux produits à base de tabac ou de nicotine ou autres produits telles les cigarettes à base de plantes sont souvent vendus comme des substituts moins nocifs que les cigarettes classiques ou comme des traitements efficaces pour arrêter de fumer. La réglementation pourrait donc très bien inclure le principe de réduction de la nocivité. La réduction de la nocivité correspond à la volonté de réduire les méfaits d’une activité dangereuse, plutôt que d’empêcher la pratique de cette activité de manière inefficace. Appliquée au tabagisme, la réduction de la nocivité renverrait au développement de nouveaux produits du tabac qui réduiront les risques de maladies liées au tabagisme. Les lois relatives à la lutte antitabac devraient donc différencier la réglementation des cigarettes de celles de ces nouveaux produits qui devraient faire l’objet d’une réglementation au cas par cas au fur et à  mesure que nous en saurons plus sur ces produits à travers la recherche et à  la science. Et ceci afin de ne pas réduire à néant toute chance aux fumeurs de pouvoir bénéficier d’alternatives moins nocives pour leur santé et faciliter leur transition vers la cessation. 

Bamba Mafoumgbé,( In Lginfos  du 8 juillet 2019)

 Légende photo :   ( photo de fumeur)  Il faut  faciliter  la transition  vers la cessation

Popular News

Voilà maintenant quelques années que la cigarette électronique s’est popularisée…

Tabac/Financement des organisations terroristes Le trafic de cigarettes y contribue à hauteur de 20%

mardi, 02 juillet 2019 21:15 Written by

Un rapport  du Centre  d’analyse du terrorisme(Cat) indique que le financement des organisations terroristes est assuré à plus  de 20% par le trafic de cigarettes. L’information  relayée abondamment par l’Agence Ecofin ajoute également qu’en Afrique,  le terrorisme qui    gagne progressivement tu terrain, a trouvé  une alliée   de choix : la contrebande  du tabac. « Que ce business ait pu progresser de la sorte, trouve en partie son explication en Europe. En effet, l’augmentation constante du prix des cigarettes sur le vieux continent constitue une opportunité pour le marché noir et a fait le lit de la contrebande. Mais l’autre partie de l’explication de cette progression se trouve étrangement en Afrique. Car la contrebande a trouvé un terrain favorable sur ce continent, aidée il est vrai, par des régulations reposant sur des postulats erronés. « Pendant longtemps, les Etats se sont alignés sur les arguments de l’industrie du tabac qui estime qu’une hausse des droits appliqués aux cigarettes, a pour contrecoup presque mécanique d’augmenter la contrebande, et ce faisant, d’alimenter les caisses du terrorisme. Pendant longtemps, les Etats se sont alignés sur les arguments de l’industrie du tabac qui estime qu’une hausse des droits appliqués aux cigarettes, a pour contrecoup presque mécanique d’augmenter la contrebande »  ajoute la source.  L’argument repose sur le postulat que les consommateurs de tabac rechignent à s’aligner sur des prix plus élevés et donc, tendent naturellement à se tourner vers un marché noir où la cigarette se commercialise moins chère que sur le marché officiel. Par ailleurs ajoute  le site en ligne,  « Si à première vue l’argument semble tenir la route, il se révèle moins pertinent quand on le passe à la loupe »   En effet, pour Chris McAllister, directeur régional de British American Tobacco, «  la Guinée, qui applique une fiscalité plus accommodante envers le tabac que ses voisins,  constitue l’une des portes d’entrée de la cigarette de contrebande en Afrique de l’ouest, et partant, vers le reste du continent »  Pour lui,  « l’absence d’une taxation appropriée à l’importation des produits de tabac (droits de douane et droits d’accises) constitue une opportunité considérable pour les contrebandiers. »  Et de souligner des manques à gagner de l’ordre de 180 millions de dollars soit plus de 90 milliards  de Fcfa  pour les pays africains entre 2013 et 2015, alors que les ventes de cigarettes de contrebande faisaient des recettes de 526 millions de dollars soit plus de 263 milliards de Fcfa  sur la même période.   Ainsi, si la Guinée qui a fait la preuve qu’une législation accommodante, contribuait au mieux à favoriser la contrebande, au Maghreb, le Maroc lui, est en train de démontrer que fiscalité contraignante et lutte contre le financement du terrorisme via le contrôle de la contrebande, peuvent faire bon ménage. En effet, entre 2015 et 2018, la part de la cigarette de contrebande dans la consommation du pays est passée de 12,48%, à 3,73%. Or sur cette période, le royaume a procédé à plusieurs augmentations  des droits appliqués au tabac, notamment de la taxe intérieure sur la consommation (Tic). En 2018, cette taxe a généré 10.8 milliards de dirhams, soit plus  de 651 milliards de Fcfa.   Cette année, les recettes devraient être plus importantes, alors que la Tic est passé de 53.8% à 58%. Entre 2015 et 2018, la part de la cigarette de contrebande dans la consommation du Maroc est passée de 12,48%, à 3,73%. Or sur cette période, le royaume a procédé à plusieurs augmentations  des droits appliqués au tabac. Outre la hausse des taxes sur le tabac, le royaume chérifien s’est doté dès 2010 d’un Système automatisé de marquage intégré en douane (Samid). Grâce à ce système développé par la compagnie suisse Sicpa, le royaume a renforcé la traçabilité des produits soumis à la Tic, notamment le tabac et l’alcool. Ainsi, expliquait en 2018 un rapport de l’administration des douanes et impôts indirects (Adii), « Les saisies douanières sont ainsi passées de 2,25 millions d’articles contrefaits en 2016 à 5,23 millions l’an dernier ; près de 500 dossiers liés à des demandes de suspension de mise en libre circulation de marchandises présumées contrefaites ont également été instruits. Au premier rang desquelles les cigarettes et l’alcool. » Il n’existe pas de solution unique à un problème aussi complexe que la contrebande, néanmoins, il apparait clairement aujourd’hui que les industriels du tabac, comme les Etats doivent se pencher sur l’hypothèse d’une fiscalité plus contraignante qui pourrait se révéler avantageuse pour les nations africaines. 
 Moussa Kader
 Légende photo :      La contrebande  de la cigarette rapporte gros  aux réseaux   de trafiquants

5e édition du Mariage Collectif de la Police Nationale// Dix policiers se mettent la corde au cou

lundi, 01 juillet 2019 14:39 Written by

Il y avait fête et joie le Samedi 29 juin 2019 à la mairie d’Abobo. La raison, la 5ème Edition du mariage collectif de la police nationale (Mcpn-2019). C’était à la fête dans la Salle des Fêtes de la Mairie d’Abobo –gare. Ce sont dix couples qui, tour à tour ont prononcé un « Oui Sonore » devant le Maire de ladite Commune, le ministre d’Etat, ministre de la Défense Hamed Bakayoko, par ailleurs parrain de la cérémonie. Celui-ci, après d’importants conseils à l’endroit des heureux mariés, leur a offert la somme de cinq millions Francs/cfa. Cette importante cérémonie a été organisée par l’Association nationale des épouses des policiers de Côte d’Ivoire (Anepci) en partenariat avec Tft Prestige international. Sans oublier la touche magique de Madame Koffi Delphine, Présidente de l’Anepci. Elle a indiqué que son association est véritablement engagée dans la consolidation et la sécurisation de l’environnement conjugal des couples des policiers de Côte d’Ivoire à travers ce concept de mariage collectif et bien d’autres autres activités. Cette cérémonie qui a enregistré la participation effective du Contrôleur Général Youssouf Kouyaté, Directeur général de la Police Nationale. Il était à la tête d’une impressionnante délégation de son institution, de parents et amis des mariés. Un cocktail somptueux   a mis fin à cette sympathique à la Salle de Fête de l’Ecole Nationale de Police.
Moussa Kader
Légende photo : Le ministre d’Etat Hamed Bakayoko parrain de la cinquième édition du mariage collectif de la police nationale

 

Deuil : Enseignement supérieur // L’Ascad rend hommage au Pr Hubertine Eholié

mardi, 18 juin 2019 11:25 Written by

Deuil : Enseignement supérieur // L’Ascad rend hommage  au Pr Hubertine  Eholié Le 13 juin 2019, l’Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines (Ascad), a rendu un  hommage mérité   à feu le Pr Eholié Hubertine Rose.  Une    organisation dont elle fut membre active.  La cérémonie d’hommage s’est déroulée le 13 juin 2019,  à l’Ecole normale supérieure, à Cocody.  La cérémonie a eu pour cadre l’Ecole normale supérieure (Ens) à Cocody. Les membres de l’Ascad ont salué la mémoire de celle qu’ils ont qualifiée de «grande scientifique, grande figure de l’enseignement et de la recherche et figure féminine d’exception». Eholié Hubertine Rose a, en effet, rejoint la prestigieuse académie depuis sa création, précisément à la section des sciences exactes.  Le Pr Tuo Bakari, recteur honoraire de l’université de Cocody et Jacques Touré, ex-doyen de la faculté des sciences, ont livré un émouvant témoignage-testament de leur belle et longue amitié avec la défunte. Puis, les membres de l’Ascad ont procédé au traditionnel piquet d’honneur. Enfin, la professeure Chantal Marie Kouassi a lu l’oraison funèbre qui a retracé les grandes lignes de l’histoire ainsi que le parcours académique exceptionnel de l’illustre disparue. La cérémonie s’est déroulée en présence des membres de la famille éplorée qui ont traduit leur reconnaissance à la grande famille des Académiciens. Rappelons que Le samedi 11 mai, Eholié née Traoré Hubertine Rose, professeure titulaire de chimie minérale à la retraite, a été arrachée à l’affection des siens.  L’inhumation a eu lieu le vendredi 24 mai, au cimetière de Williamsville.  Ayoko Mensah Légende photo : Les  membres de l’Asacad  aux côtés de la famille éplorée

afrikchallenges

vendredi, 07 juin 2019 08:16 Written by

 Le lancement de la 6ème édition du  grand prix des transports de l’Afrique de l’Ouest a eu lieu  récemment  à Abidjan. Cette cérémonie aura lieu du 26 au 27 septembre prochain à Abidjan et est placée sous la présidence effective du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Le Président du comité d’organisation, Auguste Danoh a donné l’information à la presse et l’a informé que le Premier ministre a donné son accord pour sa présence à cette cérémonie qui honore les acteurs du transport  en Afrique de l’Ouest. Le thème retenu cette année est : « transports véritable gisement d’emplois jeunes(…) Je vous annonce la présence effective du Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, ajoutée à celle de plusieurs autres ministres aux côtés du ministre des Transports constitue une véritable source de motivation d’enthousiasme »
  Moussa Kader Légende photo : Le Premier ministre Amadou Gon va présider  la cérémonie