Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

vendredi 23 octobre 2020
sys bannière
Finances Publiques
Economie

Economie (331)

Latest News

Transport aérien// Activités de Air cote d’ivoire// Un avion neuf pour aller encore plus loin …Comprendre les dessous d’une stratégie

jeudi, 08 octobre 2020 17:07 Written by

Créée en 2012, la compagnie aérienne nationale ivoirienne est rapidement devenue le leader de la région avec plus de 50% de parts de marché en Afrique de l’Ouest et du Centre.Elle a commencé ses activités avec 2 avions, puis 3, puis 4…. pour atteindre une taille critique de 10 avions en l’espace de 3 ans. Compte tenu des charges d’exploitation élevées dans la région, pour afficher sa différenciation et améliorer ses résultats (accroitre sa régularité technique, réduire ses coûts de maintenance, réduire sa consommation de carburant, densifier et consolider son hub régional,…) son plan d’affaires prévoyait le renouvellement de sa flotte par des avions neufs de dernière génération, éco énergétiques. Ainsi, conformément à son plan d’affaires de 2014, elle fait l’acquisition de 4 nouveaux Bombardiers Q400 (2 en 2014 et 2 en 2016 pour assurer ses vols domestiques et court-courriers)  Pour ses vols moyen-courriers, en 2014, suite à un appel d’offres, elle a retenu le constructeur Airbus et passé un contrat d’achat de 5 avions de la famille Airbus A320. Ces nouveaux avions devaient être livrés de façon échelonnées sur 5 ans de 2016 à 2020. Malheureusement le calendrier a connu un décalage compte tenu des délais de mise en œuvre des financements. Après la levée des obstacles, les 2 premiers Airbus A320 ont donc été livrés en juillet et octobre 2017.Pour les avions restants, le contrat prévoyait la livraison du 3ème Airbus A320 au 3ème trimestre 2020 et les 2 derniers en 2021.Rappelons que dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, 75% des charges d’exploitation sont exogènes et échappent au contrôle des dirigeants de compagnies aériennes, du fait des situations de monopoles et l’importance des taxes et redevances diverses.  Air Côte d’Ivoire a donc travaillé à la réduction substantielle des charges sous son contrôle. Malgré des performances commerciales au-dessus des prévisions de son plan d’affaires, le poids des charges incontrôlables, la mettent dans une situation de déficit structurel. Pour combler cet état de fait, sur proposition de la compagnie, l’Etat de Côte d’Ivoire a adopté en conseil des ministres du 8 janvier 2020, son plan de compétitivité (P-COM), permettant une meilleure répartition des richesses créées par la compagnie. Si ce plan était intégralement appliqué, la compagnie serait mécaniquement profitable.
Air Côte d’Ivoire en chiffres : 
Son résultat net a connu une constante amélioration jusqu’à se stabiliser à 7,3 milliards de pertes par an. Ces chiffres en constante progression qui pourraient faire rêver d’autres compagnies de la sous-région ont été freinés par la crise sanitaire du coronavirus qui a fait son apparition en novembre 2019, affectant tous les secteurs d’activités économiques avec en première ligne le transport aérien.La fermeture des frontières des pays et les restrictions drastiques de voyages dans le monde ont terriblement affligé les compagnies aériennes qui ont enregistré de lourdes pertes. Air Côte d’Ivoire a vu ses avions cloués au sol pendant 3 mois du 23 mars au 15 juillet 2020 occasionnant une perte de 48 milliards FCFA dont 14 milliards qui ont déjà été couverts par une subvention de l’Etat de Côte d’Ivoire pour faire face aux effets de la Covid19. Selon les estimations d’IATA, la Covid19 entrainera une baisse du trafic de passagers d’environ 55% en 2020 par rapport à 2019. La demande dans la région passerait de plus d’un million de passagers à environ 421.000 passagers. Selon cette même source les effets de la Covid19 devraient se ressentir sur au moins 3 ans. Toutefois l’année 2021 devrait voir un début de recouvrement estimé à 75 % des chiffres de 2019. Avec la levée progressive des restrictions, la reprise des vols s’est faite graduellement. Du 15 juillet à fin septembre 2020, comparativement aux chiffres de la même période de l’année 2019 Air Côte d’Ivoire a  recouvré après 3 mois d’inactivité et 2,5 mois de relance, 50% de ses activités pour 50% de passagers regagnés et 60% de chiffre d’affaires recouvrés. La compagnie fait tous les efforts pour finir 2020 avec un niveau de 60% des passagers et 65% du chiffre d’affaires de 2019. Pour ce faire elle déploiera 80% de son outil de production avant fin 2020. C’est dans ce contexte qu’intervient la fin de production de son 3ème Airbus A320neo, dont la livraison est prévue pour le 20 octobre 2020. L’on pourrait se poser la question à juste titre de savoir l’opportunité de ce timing. Si l’on tient compte du niveau de recouvrement de son activité, de la reprise du trafic qui présente de bonnes perspectives, et de la nécessité de trouver de nouvelles sources de réductions des charges d’exploitation, l’arrivée du nouvel Airbus A320neo d’Air Côte d’Ivoire conforte la stratégie de flotte de la compagnie nationale au-delà de ce contexte pandémique. En effet, cet avion de dernière génération équipé d’une motorisation avancée, consomme 20% de carburant en moins que les avions d’ancienne génération du même type. Quand l’on sait que le carburant représente 30% des charges d’exploitation de la compagnie, ce paramètre devient essentiel pour la rentabilité des vols. De plus, ses coûts de maintenance sont inférieurs de 5%. C’est un avion qui permettra donc de réduire les coûts d’exploitation de 14% par rapport à un avion de la même famille et d’ancienne génération. Cet avion neuf viendra remplacer une machine en location, l’avion immatriculé TU-TST qui est aujourd’hui âgé de 16 ans, dont les charges d’exploitation et de maintenance sont importantes et qui était prévu sortir de la flotte en novembre 2020.Grâce à ses caractéristiques, ce nouvel Airbus 320neo permettra de densifier le réseau jusqu’à l’ouverture de la ligne Abidjan-Johannesburg au mois d’avril 2021.Ces performances économiques, conjuguées aux effets du plan de compétitivité de la compagnie, devraient contribuer à améliorer ses résultats opérationnels pour atteindre la rentabilité en 2022 et préparer son entrée sur le long courrier. Légende photo :

Le Général Abdoulaye Coulibaly, Pca de AirCôted’ivoire, en vrai  chef   d'équipage pour voler encore plus  loin

Marché financier Ouest africain// Le Fonds commun de titrisation de créances Nsia Banque Ci en Bourse

samedi, 19 septembre 2020 20:23 Written by

Le groupe panafricain leader du secteur de la bancassurance et de la finance en Afrique de l’ouest et centrale Nsia annonce la cotation du Fonds commun de titrisation de créances (Fctc) Nsia Banque 7% 2020-2025 à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (Bevm). Cette opération, première cotation pour des obligations de Fctc sur la Brvm, confirme la volonté du Groupe de s’inscrire comme un acteur majeur du marché financier par la mobilisation de capitaux grâce à des produits avant-gardistes et performants. La cotation du Fctc Nsia Banque 7% 2020-2025 intervient après le succès de l’émission de 4.000.000 d’obligations qui s’est déroulée du 7 février au 6 mars 2020 sous la conduite de Nsia Finance, Sgi chef de file du syndicat de placement. Ces obligations d’une valeur nominale de 10.000 F Cfa, avec une maturité de 60 mois et un taux de rendement annuel de 7% ont été sursouscrites à hauteur de 41,3 milliards Fcfa pour 40 milliards Fcfa attendus. La cérémonie, qui s’est déroulée en visioconférence pour tenir compte des contraintes sanitaires dues à la pandémie de Covid-19, a vu la participation des différents acteurs ayant contribué à la réussite de cette opération. Ainsi, M. Olivier Buyoya, Représentant régional d'Ifc en Côte d'Ivoire, est revenu sur la participation de l’institution comme investisseur de référence, qui s’inscrit pleinement dans le cadre de l’initiative J-Cap de développement des marchés de capitaux locaux initiée par le groupe de la Banque mondiale. « La cotation du Fonds Commun de Titrisation de Créances Nsia Banque CI confirme l’engagement de l’Ifc et de Nsia Banque de relever ensemble le défi de l’accès au financement pour les PMEs. Le succès de cette opération témoigne de l’intérêt du marché pour des solutions de financement alternatives. Au sein du Groupe de la Banque Mondiale, nous allons continuer à être aux côtés de la Brvm et de tous les acteurs clés qui œuvrent pour le développement d’un marché de capitaux prospère en Côte d’Ivoire et dans la zone Uemoa. En cette période difficile marquée par la Covid- 19, nous sommes convaincus que nos économies ont plus que jamais besoin de mobiliser toutes les ressources disponibles si nous voulons répondre aux besoins de financement de nos entreprises » a-t-il affirmé. Le succès de cette première journée de cotation confirme l’intérêt du marché secondaire pour ce type d’instrument qui permet d’élargir la palette des supports d’investissement disponibles sur la place financière régionale de l’Uemoa. Pour Léonce Yacé, Directeur Général de Nsia Banque CI, Cédant des créances au Fctc, « L’introduction du titre Fctc Nsia Banque 7% 2020-2025 à la Brvm offre une opportunité nouvelle d’acquisition des titres aux investisseurs et contribuera ainsi à approfondir notre marché financier ». M. Oliver Gui, Directeur général d’Alc Titrisation, a déclaré : « Le mécanisme de la titrisation de créances est un levier considérable pour mobiliser des capitaux et renforcer sa capacité de financement. Le Groupe NSIA franchit ici une nouvelle étape avec l’introduction du Fctc Nsia Banque 7% 2020-2025 à la Brvm. En réalisant cette opération inédite sur le marché financier de l’UEmoa, il contribue au développement d’une place financière incontournable pour les investisseurs. Les équipes d’Alc Titrisation sont fières d’être mobilisées sur ce projet ambitieux ». « Je me réjouis de cette cérémonie historique qui consacre pour la première fois l’admission historique à la cote de la Brvm d’un Fonds Commun de titrisation de créance (Fctc). Je tiens donc à féliciter le Groupe Nsia pour ce rôle de précurseur. J’encourage les autres acteurs de notre marché à lui emboiter le pas par le lancement de produits financiers innovants devant permettre d’accroitre la mobilisation de ressources nécessaires pour un meilleur financement de nos économies » a indiqué Dr Edoh Kossi Amenouvé, Directeur général de la Brvm. Au terme de la cérémonie, M. Jean Kacou Diagou, Président du Groupe Nsia a dit la fierté de son Groupe d’être la première banque à faire coter un Fctc à la Brvm. Il a salué la confiance des investisseurs particulièrement la SFI, et promis que le Groupe Nsia reviendra sur le marché pour d’autres opérations afin de renforcer sa contribution au développement de la Côte d’Ivoire et de la sous-région. Le Fctc est géré par Alc Titrisation, leader sur le marché de la titrisation dans l’Uemoa, et a déjà fait l’objet de deux paiements d’intérêts les 16 juin et 16 septembre 2020.
Ayoko Mensah
Légende : Les responsables de la Brvm et du Groupe Nsia à l’issue de la cérémonie de première cotation du Fonds Commun de Titrisation de Créances Nsia Banque CI

 

Environnement des affaires et sécuritaire// Hamed Bakayoko rassure le secteur privé ivoirien

mercredi, 16 septembre 2020 22:16 Written by

Le Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko a assuré le 16 septembre 2020 à Abidjan, les acteurs du secteur privé de l’engagement du gouvernement à maintenir un climat de paix et de sécurité propice à l’investissement. « Je vous demande de continuer à investir, à créer de la valeur ajoutée et des emplois. Faites-nous confiance, le gouvernement s’engage à maintenir la paix, la sécurité et la stabilité dans le pays. », a dit Hamed Bakayoko, au cours d’une rencontre d’échanges avec le secteur privé. Poursuivant, le Premier ministre a reconnu que le secteur privé demeurera le principal moteur du développement socio-économique de la Côte d’Ivoire, car il est le principal pourvoyeur d’emplois formels à hauteur de près de 80% et contribue à plus de 62% des investissements effectués dans le cadre du Plan national de développement (Pnd 2016-2020). Pour le Chef du gouvernement, le renforcement du partenariat Etat/secteur privé est indispensable à l’atteinte des objectifs de développement, à savoir l’amélioration des conditions de vie de toutes les couches sociales, par la création d’emplois décents et durables. Il a en outre assuré que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour consolider les acquis enregistrés depuis 2012, notamment en termes de réformes et d’investissements publics dans les infrastructures pour soutenir la compétitivité du secteur privé, tant au niveau national que régional. Cette rencontre qui visait à renforcer le partenariat entre le gouvernement et le secteur privé, a également abordé des questions liées à la gestion de la pandémie à Covid-19, le remboursement des crédits de Tva, les créances des entreprises sur l’Etat, la mise en œuvre des réformes fiscales, la construction des Champions nationaux et le livre blanc sur l’Industrialisation de la Côte d’ivoire.

SOURCE : CICG

 

Situation socio-politique en Ci// Moussa Ouédraogo( Coebci) à la communauté Burkinabé // « Prenez en considération l’appel de la Représentation diplomatique et consulaire »

samedi, 05 septembre 2020 20:05 Written by

Dans un communiqué de presse dont nous avons reçu  ce  jour,  le président du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (Coebci), Moussa Ouédraogo, rappelle à toute la communauté Burkinabè son devoir de neutralité sur toutes les activités ayant un rapport avec la campagne politique en Côte d’Ivoire. Le Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire, sensible à l’environnement délétère de ces dernières semaines, ayant occasionné des pertes en vies humaines, a adressé ses condoléances les plus attristées aux familles des disparus et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Le Coebci conscient de l’hospitalité légendaire du peuple frère de Côte d’Ivoire, son pays d’accueil, a invité la communauté burkinabé, particulièrement ses membres à demeurer neutres. «À l’endroit des opérateurs économiques Burkinabè en Côte d’Ivoire, le Conseil les invite à prendre en considération l’appel de la Représentation diplomatique et consulaire, qui rappelle à toute la communauté Burkinabè son devoir de neutralité sur toutes les activités ayant un rapport avec la campagne politique en Côte d’Ivoire », insiste,  M. Ouedraogo Moussa.  Par ailleurs, il les invite à la prière afin de préserver la stabilité, qui a fait de cette nation, un havre de paix sous l’inspiration et l’ingéniosité de son père fondateur, feu Félix Houphouët-Boigny dont la quiétude et le développement sont bénéfiques à toute la sous-région.
 Ayoko Mensah 

Légende photo : Une  des responsables du  Coebci,  à  l’avant- extrême droite, Moussa  Ouedraogo( chemise pagne) le président dudit Conseil.

Restauration collective//Obtention du certificat Iso 9001/2015 par Nutrivoire// Un encouragement à maintenir le cap de la qualité

lundi, 24 août 2020 18:02 Written by

« Plus qu’un sésame qui viendrait orner nos murs et identités visuelles et flatter notre égo, il s’agit avant tout d’un challenge ». Réaction forte du directeur général de Nutrivoire, Hassan Diallo. C’était à l’occasion de la remise, à cette entreprise, le 20 août 2020, du Certificat Iso 9001/2015, à Abidjan-Plateau. Pour lui, cette distinction consacre sa structure pour la qualité supérieure de ces services de restauration collective et service traiteur. Et ce, conformément aux règles d'hygiène et de sécurité alimentaire, dans le respect des normes et standards internationaux. « Fort de son expérience, et des aptitudes et connaissances acquises tout le long du processus d’obtention, nous sommes, aujourd’hui encore plus qu’avant, apte à exécuter toutes sortes de prestations dans le domaine de la restauration collective, du service traiteur, de l’entretien, de la maintenance et d’autres prestations du secteur du tourisme et de l’hôtellerie », s’est réjoui M. Diallo. Pour la Présidente directrice générale (Pdg) de Nutrivoire, Mme Oumou Coulibaly, l’engagement de son entreprise pour obtenir ce certificat vise également à encourager les autres Pme ivoiriennes à emprunter cette voie. A l’en croire, c’est la Côte d’Ivoire qui gagnera à travers la renommée de ses Pme, si toutes les Pme s'y engagent. « La certification ISO 9001 en sa version 2015 confère à l'entreprise une reconnaissance pour la mise en place d’un système structuré et organisationnel efficace », a soutenu Mme Olga Kouassi, directrice générale de l’organisme certificateur, Bureau Norme Audit (Bna). Aussi a-t-elle expliqué que ce certificat permet d’assurer que l’entreprise a établit un cadre qui permet une approche systématique de la gestion des processus de sorte à produire régulièrement des services qui répondent aux attentes des clients en vue de leur satisfaction. Poursuivant, elle a expliqué que la certification est un moyen et non une fin en soi. « Votre parcours ne fait que commencer. C'est une nouvelle étape que vous venez de franchir pour bâtir et améliorer la compétitivité de votre entreprise », a-t-elle souligné. Tout en exhortant l’entreprise à maintenir la conformité de ce premier certificat, elle a préconisé qu’elle s’oriente également vers la certification pour garantir la sécurité sanitaire de des aliments, car la qualité doit murir pour nourrir. A propos de l’importance des certificats, elle a indiqué que cela peut faciliter l’accès aux marchés des Pme et des petits producteurs. La certification peut, également, contribuer à hisser les Pme africaines au niveau des standards internationaux. Et aussi à valoriser les compétences locales. C’est en 2006, que Nutrivoire a démarré ses activités. L’entreprise exécute plusieurs marchés de grandes envergures. C’est d’ailleurs ce explique la présence des représentants des ministres de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, de ceux de l’Économie et des Finances, et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique avec le directeur général de la Cnps qui ont donné un cachet spécial à cette cérémonie.
Ayoko Mensah
Légende photo : Madame Oumou Coulibaly, Pdg de Nutrivoire et son équipe lors de la cérémonie de remise du Certificat Iso 9001/2015

 

Gaz domestique, Super sans plomb et gasoil// Voici les prix pour le mois d’Aout 2020

samedi, 01 août 2020 08:25 Written by

La Direction générale des hydrocarbures, vient de publier les prix des produits pétroliers pour le mois d’aout 2020. Sur la base du mécanisme automatique de l’ajustement des prix des produits pétroliers en Côte d'Ivoire qui se fait chaque mois conformément aux dispositions du mécanisme sur le marché mondial. En fonction des fluctuations des cours du baril de brut et du dollar. Au niveau du gaz butane, les prix de la bouteille de gaz de 6 Kg (B6) et de celle de 12,5 kg (B12,5) , demeurent stables respectivement à 2 000 Fcfa et 5 200 Fcfa. En revanche, la B 15 Kg passe de 6 275 Fcfa à 6775 Fcfa, en hausse de 500 Fcfa, la B 17,5 Kg passe de 7325 Fcfa à 7900 Fcfa, en hausse de 575 Fcfa, la B 25 Kg passe de 10 450 Fcfa à 11 285, en hausse de 835 fcfa. Aussi, le prix du litre du super sans plomb et du gasoil en Côte d'Ivoire est maintenu à 600 Fcfa /litre pour le mois d’août 2020, selon une note de la Direction générale des Hydrocarbures, le vendredi 31 aout 2020. Ainsi, les prix maxima de détail des produits pétroliers, arrêté par la direction générale des hydrocarbures, pour la période du 1er au 31 août 2020, montre un maintien du coût du carburant. Le prix de l’essence super sans plomb est maintenu à 600 Fcfa/litre comme durant le mois de juillet 2020. Il en est de même pour le litre du gasoil qui stagne également à 600 Fcfa. Le pétrole lampant, lui, reste inchangé à 555Fca le litre à l’ambiant. Ce produit, en raison du manque de couverture de l’électricité dans certaines zones rurales du pays, est beaucoup utilisé dans des campagnes et des villages.
Ayoko Mensah

Légende photo : Les prix du litre du Ssp et du gas oil restent stables pour le mois d’aout 2020

 

Bilé Diemeléou Dg Artci// Numérotation téléphonique en 2021// « Le changement sera automatique(…)

mercredi, 29 juillet 2020 12:35 Written by

A l’occasion de la conférence de presse le mardi 28 juillet 2020 à Abidjan, le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci), Bilé Diéméléou, a annoncé, le basculement des numéros téléphoniques fixe et mobile de 08 à 10 chiffres, à compter du 31 janvier 2021 à minuit. « Le nouveau plan de numérotation consacre le passage de 08 à 10 chiffres. L’ancien plan de numérotation à 08 chiffres est arrivé à saturation. La capacité de ce plan  qui est  de 49 millions  numerus mobiles  ne permet pas de satisfaire aux besoins en numéros mobiles de certains opérateurs, eu égard à l’épuisement des capacités qui leur sont individuellement réservées », a déclaré Bilé Diéméléou. De l’avis  du  directeur général de l’Artci, le principe du basculement est d’ajouter un préfixe devant les anciens numéros à 08 chiffres. Ainsi, pour les numéros mobiles, il faudra ajouter "07" devant les anciens numéros d’Orange. "05" devant les anciens numéros Mtn. S’agissant des numéros Moov, il s’agira d’ajouter "01".Concernant les numéros fixes, il faudra ajouter le préfixe "27" devant les anciens numéros d’Orange. "25" pour les numéros Mtn et "21" pour les numéros Moov. Le nouveau plan à 10 chiffres, a-t-il souligné, vise à satisfaire aux besoins actuels et à venir et prévoit une réserve suffisante de numéros pour les technologies futures telles que l’Internet des objets. Il prévoit une capacité de 10 milliards de numéros sur une durée prévisionnelle de 50 ans. Il a expliqué que le basculement n’a aucun impact sur le coût des services de téléphonie. Il ne donne pas lieu à des changements de carte SIM, de profils des abonnés et des modifications des paramètres techniques utilisateurs (code PIN, PUK, mot de passe, mobile money, etc.).  Par ailleurs, précise-t-il , «   Le changement  sera automatique à compter de la date   de basculement. Ce nouveau plan n’aura aucun impact sur le coût des services de téléphonie.  Les tarifs en vigueur  chez les opérateurs ne  seront pas impactés. Toutefois, il est bon de préciser  qu’il pourrait avoir pendant les heures du basculement de petites perturbations. L’opération technique   concerne plus de  50 millions de numéros mobiles »     
 AyokoMensah Légende photo :  Bilé Diéméléou Amon Gabriel, Dg de l’Artci : « L’opération technique   concerne plus de  50 millions de numéros mobiles » 

Bilé Diemeléou Dg Artci// Numérotation téléphonique en 2021// « Le changement sera automatique(…)

mercredi, 29 juillet 2020 12:35 Written by

A l’occasion de la conférence de presse le mardi 28 juillet 2020 à Abidjan, le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci), Bilé Diéméléou, a annoncé, le basculement des numéros téléphoniques fixe et mobile de 08 à 10 chiffres, à compter du 31 janvier 2021 à minuit. « Le nouveau plan de numérotation consacre le passage de 08 à 10 chiffres. L’ancien plan de numérotation à 08 chiffres est arrivé à saturation. La capacité de ce plan  qui est  de 49 millions  numerus mobiles  ne permet pas de satisfaire aux besoins en numéros mobiles de certains opérateurs, eu égard à l’épuisement des capacités qui leur sont individuellement réservées », a déclaré Bilé Diéméléou. De l’avis  du  directeur général de l’Artci, le principe du basculement est d’ajouter un préfixe devant les anciens numéros à 08 chiffres. Ainsi, pour les numéros mobiles, il faudra ajouter "07" devant les anciens numéros d’Orange. "05" devant les anciens numéros Mtn. S’agissant des numéros Moov, il s’agira d’ajouter "01".Concernant les numéros fixes, il faudra ajouter le préfixe "27" devant les anciens numéros d’Orange. "25" pour les numéros Mtn et "21" pour les numéros Moov. Le nouveau plan à 10 chiffres, a-t-il souligné, vise à satisfaire aux besoins actuels et à venir et prévoit une réserve suffisante de numéros pour les technologies futures telles que l’Internet des objets. Il prévoit une capacité de 10 milliards de numéros sur une durée prévisionnelle de 50 ans. Il a expliqué que le basculement n’a aucun impact sur le coût des services de téléphonie. Il ne donne pas lieu à des changements de carte SIM, de profils des abonnés et des modifications des paramètres techniques utilisateurs (code PIN, PUK, mot de passe, mobile money, etc.).  Par ailleurs, précise-t-il , «   Le changement  sera automatique à compter de la date   de basculement. Ce nouveau plan n’aura aucun impact sur le coût des services de téléphonie.  Les tarifs en vigueur  chez les opérateurs ne  seront pas impactés. Toutefois, il est bon de préciser  qu’il pourrait avoir pendant les heures du basculement de petites perturbations. L’opération technique   concerne plus de  50 millions de numéros mobiles »     
 AyokoMensah Légende photo :  Bilé Diéméléou Amon Gabriel, Dg de l’Artci : « L’opération technique   concerne plus de  50 millions de numéros mobiles »