Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

mercredi 11 décembre 2019
sys bannière
Finances Publiques
Economie

Economie (286)

Latest News

Togo : Projet de centrale électrique Kekeli// Eranove injecte 65, 4 milliards de Fcfa dans le projet

dimanche, 24 novembre 2019 13:21 Written by

Le Groupe industriel panafricain Eranove a signé le 20 novembre 2019,  les accords de financement relatifs au projet de centrale électrique Kékéli, située dans la zone du port de Lomé. Le financement de 65,4 milliards de francs CFA, mobilisé à 100 % par des institutions financières africaines, a été réuni à travers les arrangeurs BOAD et Oragroup auprès de prêteurs institutionnels et commerciaux de la place (BOAD, AFC, Orabank Togo, BIA Togo, NSIA Benin et Banque Atlantique Togo), contribuant ainsi à dynamiser le marché financier régional en pleine croissance. La garantie est apportée par GuarantCo. Le projet Kékéli (signifiant « aurore » en langue Mina), lancé à la suite d’un dialogue compétitif en janvier 2018, comprend la participation de Siemens qui va fournir les turbines, la technologie et les services de maintenance pour la centrale électrique. La construction sera assurée par le Groupe espagnol Grupo TSK (EPC). Le Groupe Eranove va assurer le développement puis l’exploitation et la maintenance de cette centrale qui sera à terme exploitée et managée par des Togolais. Cette cérémonie s’est tenue en présence notamment du Directeur Général des Énergies, Monsieur Abbas Aboulaye, représentant le Ministre des Mines et de l’Énergie, Monsieur Marc Dèdèriwè Ably-Bidamon, du Président du Conseil d’Administration d’Eranove et Co-CEO d’Emerging Capital Partners, Monsieur Vincent Le Guennou, du Président de Kifema Capital, Monsieur Ekue Mivedor, et du Directeur Général du Groupe industriel panafricain Eranove, Monsieur Marc Albérola. D’une puissance installée de 65 MW, la centrale thermique de Kékéli permettra de fournir une énergie électrique additionnelle pour l’équivalent de plus de 250.000 foyers togolais. La technologie du cycle combiné (production de vapeur) utilisée permettra de produire plus d’électricité sans consommation additionnelle de gaz et en limitant les rejets de CO2. « La signature de la documentation de financement marque un jalon déterminant dans la réalisation du projet Kékéli. Nous sommes très heureux de contribuer à la stratégie et à la réalisation du Plan National de Développement avec la mise en œuvre de cette nouvelle unité de production électrique aux côtés de la République Togolaise. Nous remercions les autorités du pays et nos partenaires Siemens et Grupo TSK, ainsi que la Banque Ouest-Africaine de Développement, le Groupe bancaire panafricain Oragroup ainsi que tous les prêteurs pour leur confiance et leur engagement constant », explique Marc Albérola, Directeur Général du Groupe Eranove. Grâce à son expertise reconnue et par son ancrage africain, le Groupe français Eranove développe des projets structurants, performants et adaptés à l’environnement local et régional, tout en nouant des partenariats avec des acteurs internationaux. L’Etat Togolais sera co-actionnaire de la centrale à travers une prise de participation de Kifema Capital, une société d’investissement ayant pour actionnaires le fonds souverain Togo Invest, et les institutions nationales CNSS, INAM et CCIT. Sa stratégie de développement est basée sur le renforcement du contenu local à travers la prise de participations dans tous les projets structurants avec pour objectif de soutenir la croissance de l’économie togolaise. Cette stratégie se matérialise par la participation de Kifema Capital à ce projet de la centrale thermique de Kekeli à hauteur de 25% de financement en capitaux propres. Comme le nom « Kifema » en langue Kabyè l’indique, « le jour se lève » sur de nouvelles opportunités pour contribuer au développement du Togo. « Ce projet illustre parfaitement le modèle multilatéral regroupant des partenaires panafricains et pan-européens que nous souhaitons promouvoir pour répondre au défi de l’accès à l’électricité et à l’eau en Afrique », conclut Marc Albérola. Soutenu par son actionnaire de référence Emerging Capital Partners (ECP), leader panafricain du capital investissement ayant levé plus de 3 milliards de dollars d’actifs dédiés au continent africain, le Groupe Eranove développe plusieurs projets en Côte d’Ivoire, au Gabon, à Madagascar, au Togo et au Mali.

 A.Mensah

Légende photo :   Les responsables de la Boad et  d’Eranov  lors  de la signature de convention

Sara2019/ Huile de palme // Ses vertus expliquées aux visiteurs

dimanche, 24 novembre 2019 08:06 Written by

Ses vertus expliquées aux visiteursContribuer à l’amélioration  de l’image de marque de l’huile de palme de Côte d’Ivoire   d’une  façon générale et  présenter le modèle économique de la culture de l’huile de palme ivoirienne comme une  agriculture responsable.  Afin  de promouvoir  davantage, les  valeurs nutritives de  cette huile  et son impact sur la santé.  Ce sont entre autres,  des objectifs   d’un panel le 29 novembre 2019 à Abidjan,  sur la défense de l'huile de palme ivoirienne. Ce  dans la mouvance  du Sara 2019, à  l’initiative du Conseil Hevea- palmier à huile.  En attendant,  le stand  dudit conseil ne désemplie pas.  Des techniciens et experts en la matière expliquent aux différents visiteurs,  que  l’huile de palme demeure à ce jour l’une sinon la meilleure des huiles végétales. « Elle est aujourd'hui l'huile la plus consommée dans le monde (25%), devant l'huile de soja (24%), de colza (12%) et de tournesol (7%). L'huile de palme est la moins chère du marché». Expliquent-ils aux visiteurs. Ses nombreuses qualités (résistance à l’oxydation et à la chaleur, forme solide à température ambiante, etc.) et son bas prix font d’elle, l’huile recherchée par les industries.  Dans le reste du monde et en Côte d’Ivoire particulièrement, l’huile de palme est un facteur d’équilibre socioéconomique au vu des statistiques liant plus de 10% de la population à cette filière. La Cote d’Ivoire avec un choix stratégique de son usage alimentaire et industriel, se positionne à une place de choix dans le classement mondial des pays producteurs de cette spéculation. Face à ces défis importants et les débats permanents sur les décisions d’interdiction de son utilisation, le Ministère de l’agriculture et du développement durable, le Conseil Hévéa Palmier à Huile, et l’interprofession Aiph, entendent d’une part, lever toute équivoque quant à l’impact de la consommation d’huile de palme sur la santé, et d’autre part communiquer sur le modèle de production durable de l’huile de palme en Côte d’Ivoire.  En termes de résultats  attendus,  des  recommandations à des problématiques et défis clés de la filière seront  formulées.  Afin  de promouvoir  davantage, les  valeurs nutritives de l’huile de palme et son impact sur la santé seront  sues et vulgarisées. Toutefois, de l’avis de nombreux experts cependant, l’huile de palme demeure à ce jour l’une sinon la meilleure des huiles végétales.  L’édition du Sara2019 se présente alors comme une belle opportunité pour sensibiliser le grand public mais aussi les visiteurs internationaux et leaders d’opinion sur ces deux préoccupations. 

Ayoko Mensah Légende photo : Une  vue  du stand du Conseil  hévéa palmier à huile. 

Promotion des investissements touristiques // Siandou Fofana vend ‘sublime Côte d’Ivoire’ à Hambourg

vendredi, 22 novembre 2019 14:07 Written by

Le Ministre du Tourisme et des Loisirs, à la faveur de la session européenne d’appels à investissements et projets pour la mise en œuvre de la stratégie 2018/2025, a lancé une invite aux investisseurs face aux atouts de la destination.  Ce  vendredi 22 novembre, au Fairmont Hotel Vier Jahreszeiten, à Hambourg en Allemagne, Siandou Fofana, l’optimisme chevillé au discours, a indiqué, sans ambages aux investisseurs européens : « La Côte d’Ivoire, à travers sa stratégie de développement touristique, « Sublime Côte d’Ivoire », vous tend les bras. Venez visiter la Côte d’Ivoire et vous verrez que c’est maintenant qu’il faut investir dans la mise en œuvre de ladite stratégie ».Cet optimisme de bon aloi, Siandou Fofana le partage au regard de l’attractivité qu’offre la destination ivoirienne avec ce que cela comporte en termes de potentiel à mettre en œuvre, mais aussi et surtout, en osmose avec le cadre réglementaire et juridique, l’environnement fiscal et la situation sociale qui affiche des signaux de stabilité sur le très long terme. C’est pourquoi et dans la même veine de la Table-ronde des investisseurs à Dubaï, les 20 et 21 octobre 2019  qui a permis de capter près de 3000 milliards de FCFA (6 milliards de dollars), il ne doute pas que l’ostensible mobilisation des investisseurs d’Europe et au-delà, permettra de glaner des investissements et projets divers importants. En attendant une comptabilité et des statistiques au sortir de cette session le ministre du Tourisme et des Loisirs réitère à l’écosystème international de prendre rendez-vous avec « Sublime Côte d’Ivoire » et ainsi, prendre date avec l’histoire pour « cette Afrique qui avance et qui doit faire rêver le reste du monde ». car, souligne Siandou Fofana, « Demain, il sera trop tard ». Par ailleurs, pour donner toute sa plénitude et corps de vie à l’efficience des tables rondes, le Ministre annonce le démarrage de chantiers émanant de la session de Dubaï, avant la fin de ce mois de novembre, à Abidjan. Dont les Tour dites « De la nation » et « De la paix ». Respectivement de 46 et 74 étages. Et qui devraient transformer de façon copernicienne la physionomie architecturale d’Abidjan. Nous reviendrons sur les différents protocoles d’entente, partenariats et conventions qui ont sanctionné la table-ronde de Hambourg. Outre l’Ambassadeur, SEM Philippe Mangou (Représenté à l’ouverture par son ministre-conseiller, Aziz Diabaté), mais qui rejoindra la Table-ronde en soirée, cette session a bénéficié de l’onction tutélaire de l’Organisation mondiale du tourisme (Omt). Qui était représentée par SEM Ion Vilcu, Directeur des Membres affiliés. Qui a salué la portée heuristique et pragmatique de « Sublime Côte d’Ivoire ». De même que le Représentant de l’Autorité régionale de Hambourg, responsable du développement technologique, du tourisme et des Relations internationales. En plus de tous ces arguments rationnels, la touche émotionnelle est venue du groupe Magic System, revêtu de la cape d’ambassadeurs du tourisme ivoirien. Asalfo et ses compères ayant donné le la de ce tourisme ivoirien offensif en rythmes, mélodies et décibels.
Dircom Mintour & Loisirs.

 Legende photo: le ministre Siandou Fofana et des  investisseurs   à  la session de Hambourg

Zones franches africaines // La quatrième réunion annuelle a eu lieu à Addis Abeba

mardi, 19 novembre 2019 19:08 Written by

Les Organisation des zones franches africaines (Afzo) ont organisé le 19 novembre 2019 au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Éthiopie, leur 4e réunion annuelle, sur le thème «Développement économique. Zones - Accélérateur pour l’industrialisation en Afrique », avec l’appui du Département de la Commission du commerce et de l'industrie de l'Union africaine (Cua). La réunion s’est tenue pendant la «Semaine de l’industrialisation de l’Afrique». Plusieurs intervenants internationaux représentant des institutions internationales et financières telles que La CNUCED, l’ONUDI, la CEA, la BAD, etc. ont partagé au cours de cet événement leur expertise en matière de moyens de développement des zones économiques en Afrique. À cet égard, divers sujets liés à la les défis et les tendances des zones économiques africaines ont été abordés, y compris les orientations stratégiques de gouvernance efficace et efficace, contribution des zones économiques à la croissance de l’IED et à la création d’emplois. La cérémonie d’ouverture de la 4e réunion annuelle de l’Organisation des zones franches d’Afrique a été présidée par H.E. M Albert Muchanga, Commissaire au commerce et à l'industrie de l'Afrique Commission de l'Union (CUA), Mme Dagmawit Moges, ministre des Transports de l'Éthiopie, M Mehdi Tazi Riffi, président de l'Organisation des zones franches africaines. De même que des représentants des autorités officielles et des zones économiques spéciales. Plus de 220 délégués représentant 43 pays ont assisté à cet événement important, dont 60 Zones économiques africaines, 30 experts, ainsi que plusieurs représentants des gouvernements autorités, institutions internationales et organisations publiques et privées. L’Organisation des zones franches africaines (Afzo): au service du développement des zones économiques en Afrique. A noter que l’ Afzo a été fondée en 2015 par Tanger Med avec d'autres zones économiques africaines. L’Afrique des zones franches regroupe les principales zones économiques africaines et institutions chargées du développement, de la gestion et de la promotion des zones économiques notre continent. L'Organisation des zones franches africaines assure: la représentation des zones économiques africaines auprès des organisations internationales, le renforcement et l’amélioration de l'attractivité des zones économiques entre autres. L’Organisation compte actuellement plus de 72 membres représentant 37 pays africains.

Moussa K.

Légende photo : Les responsables de l’Afzo lors des assisses

Popular News

Restauration du couvert végétal// Les grands engagements du Groupe Olam

mardi, 19 novembre 2019 07:43 Written by

La société Olam Cocoa, filiale cacao du groupe Olam en Côte d’Ivoire et premier fournisseur mondial de fèves et d’ingrédients de cacao a décidé de s’engager dans restauration du couvert végétal ivoirien. C’est ainsi qu’elle a participé en tant que co-sponsor de la journée de plantation d’arbres célébrée le vendredi 15 novembre en Côte d’Ivoire, à l’occasion de la Journée Nationale de la Paix. Cet évènement a pour objectif de distribuer et planter un million d’arbres en une journée à travers le pays. La multinationale en question formalise ainsi son appui au Gouvernement de Côte d’Ivoire dans toutes les initiatives visant la restauration du couvert forestier. Le groupe est fortement inspiré par cette opération de reboisement qui permet de diversifier les sources de revenus du producteur et de lutter contre l'érosion du sol et surtout le changement climatique. Danièle Kouassi, Directrice Durabilité Olam Cocoa a déclaré : «Cette journée est une excellente initiative visant à mobiliser de nombreux ivoiriens pour s’impliquer en plantant un arbre. Leur participation est un réel soutien au Gouvernement dans ses efforts de protection et de restauration du couvert forestier en Côte d’Ivoire(…) Notre nouvelle ambition de développement durable du cacao, nous avons distribué un million d'arbres à 185 coopératives ». Plus de 31 000 producteurs engagés sont assistés par 1 500 jeunes volontaires issus des communautés partenaires et participent volontairement au programme afin de sensibiliser les communautés rurales à l'importance des arbres pour la protection des sols et de l'environnement » Cette opération de reboisement s’appuie sur les 15 années de développement durable d’Olam Cocoa, réalisées en partenariat avec ses clients, le gouvernement, les ONG, les coopératives de producteurs de cacao et les communautés agricoles. Conformément à l’objectif de Olam International de ré-imaginer l’agriculture et l’alimentation de demain pour la prospérité de ses producteurs, le développement des communautés dynamiques et la régénération des ressources naturelles. En tant que signataire de l'Initiative Cacao & Forêts (Cfi), Olam Cocoa met actuellement en œuvre un plan d'action tablant sur la déforestation, la restauration du couvert forestier et une collaboration plus étroite avec les communautés agricoles qui tirent leurs revenus de la culture du cacao en Côte d'Ivoire, au Ghana et dans les autres pays producteurs de cacao dans le monde.
Ayoko Mensah
Légende photo : Des responsables du groupe Olam en action sur le terrain

 

Gestion comptable et financière des ambassades// Payeurs et Régisseurs renforcent leurs capacités

jeudi, 14 novembre 2019 15:39 Written by

Le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, ASSAHORE Konan Konan Jacques a ouvert le mercredi 13 novembre 2019 à Yamoussoukro les travaux du séminaire de formation des Payeurs et Régisseurs de Côte d’Ivoire. A l’initiative de de l’Amicale des Payeurs et Régisseurs de Côte d’Ivoire à l’Etranger (APARCIE), ces comptables publics se sont retrouvés à la salle de conférence de la Trésorerie Générale de Yamoussoukro pour réfléchir sur le thème : « les paieries à l’étranger face au défi de la qualité comptable ». Pour le Président de cette amicale, Kobenan ADJOUMANI, par ailleurs Payeur à Prétoria, le choix de thème offre l’opportunité de renforcer les capacités des Payeurs et Régisseurs à l’Etranger sur la production d’une comptabilité de qualité, répondant aux exigences d’exhaustivité, de fiabilité et surtout de sincérité. Dans son discours d’ouverture, le Directeur Général a d’entrée de jeu indiqué que son Institution est préoccupée par l’amélioration de la gestion comptable et financière des représentations diplomatiques et consulaires de l’Etat de Côte d’Ivoire à l’Etranger Pour ASSAHORE, la comptabilité est basée sur la confiance, car, soutient-il, c’est par la qualité de la reddition des comptes tenus par le Trésor Public que l’Etat rend compte au Parlement de l’usage des deniers publics et du niveau de sincérité des comptes de la nation. C’est pourquoi il a invité ses collaborateurs à jouer pleinement leur contribution à la mise en œuvre de la politique extérieure de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs, ayant conscience que le déploiement du dispositif de contrôle interne et de maitrise des risques constitue un facteur clé de l’atteinte de la qualité comptable, ASSAHORE estime que la certification prochaine de son Administration devrait modifier les habitudes et méthodes de travail et la perception de la mission du comptable public. La certification globale du Trésor favorisera entre autres l’harmonisation des méthodes et outils de travail conformément aux exigences de la norme ISO 9001 version 2015, le renforcement de la confiance des usagers/clients et des partenaires ainsi que l’amélioration de la qualité opérationnelle par la mise en évidence et le traitement des risques et opportunités. Ainsi, à l’endroit des Payeurs et Régisseurs à l’étranger, le Directeur Général recommande une parfaite collaboration avec les Ambassadeurs pour un traitement adéquat de leurs préoccupations qui, a-t-il relevé, peuvent toujours trouver des solutions dans le cadre d’une stratégie de communication bien comprise. Avant lui, M.KONAN Marcel, Inspecteur Général des services diplomatiques et consulaires au Ministère des Affaires Etrangères a lui aussi, dans son intervention, préconisé une collaboration fructueuse entre tous les acteurs de la gestion financière et budgétaire des Représentations diplomatiques l’étranger. Ces acteurs devront sortir du terrain conflictuel pour privilégier l’intérêt commun. Durant deux jours de travaux, les thématiques qui seront abordés sont entres autres un panel sur la réactivation du cadre permanent de concertation Ministère de l’Economie et des Finances/Ministère des Affaires Etrangères/Ministère en charge du Budget ; une conférence autour de la digitalisation des procédures au Trésor Public et des communications en lien avec les spécificités des Paieries et Régies à l’Etranger au regard de la règlementation en vigueur, la qualité comptable, l’importance de la qualité comptable dans la production de la Balance générale du Trésor et la mobilisation des ressources de la diaspora.
Moussa Kader
Légende photo : Les participants aux travaux atour du Dg Assahoré Konan Jacques

Gestion et gouvernance des entreprises d’Etat// L'Ageroute remporte le super-prix d'excellence

jeudi, 14 novembre 2019 14:48 Written by

Les lauréats du Prix d'excellence de la gouvernance et de la performance des entreprises publiques sont connus depuis mercredi 13 novembre 2019. Le super-prix a été remporté par l'Agence de gestion des routes de Côte d'Ivoire (Ageroute).Le Directeur général (Dg) de l'Agence de gestion des routes de Côte d'Ivoire (Ageroute), Dimba Pierre a vu plusieurs années de travaux récompensés, mercredi 13 novembre 2019, au cours de la cérémonie de prix d'excellence initiée par le Gouvernement ivoirien. En effet, l'Ageroute a remporté le super-prix d'excellence de la gouvernance et de la performance des entreprises publiques. La remise de cette distinction a été faite par le ministre en charge du Budget et du Portefeuille de l'État, Moussa Sanogo en présence de plusieurs entreprises du portefeuille de l'État, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. Le ministre a indiqué que ce prix est une incitation positive pour les entreprises publiques. Le Dg de l'Ageroute, Dimba Pierre, a remercié le Gouvernement pour l'instauration de ce prix, avant de le dédier à ses collaborateurs qui ont travaillé pour cette reconnaissance. « Nous pensons que ce prix vient encourager le travail que nous abattons chaque jour pour améliorer les conditions de vie des Ivoiriens. Nous travaillons dans un secteur très difficile. Les routes intéressent tout le monde. Elles servent à tout le monde et nous devons être rigoureux dans ce que nous faisons. Et, c'est ce travail que nous avons abattu depuis mon arrivée à la tête de l'Ageroute », a mentionné Dimba Pierre. Puis de souligner que ce prix est désormais un challenge pour la société qu'il dirige. « Nous devons tout faire pour mériter la confiance et notre statut de super prix », a promis le Dg qui n'occulte pas des défis qui s'imposent à eux et qu'il faudrait relever. « Les défis qui se présentent à nous sont énormes. Les Ivoiriens attendent de vivre dans de meilleures conditions. Et le chef de l’État a fixé le cap. Il veut que la Côte d'Ivoire soit émergente et qu'elle offre des opportunités à tous les habitants. Les routes sont le socle de tout ce que nous entreprenons. Les routes sont le préalable à tout développement pour un pays agricole comme le notre », a présenté Dimba Pierre qui a souligné qu'avec le personnel engagé à ses côtés, il est prêt à relever les défis. La création d'un prix d'excellence des entreprises publiques offre l'occasion de mettre en lumière, chaque année, les entreprises publiques du Portefeuille de l'État qui, de par la qualité de leur gouvernance et leurs performances économiques et financières, contribuent au développement de la Côte d'Ivoire. 47 entreprises publiques sont concernées par ce prix dont 27 sociétés d'État, 12 sociétés à participation financière publique majoritaire et 7 sociétés bénéficiant du concours financier de l'État ou contrôlées par l'État. Ainsi, ce prix comprend trois distinctions à savoir : le prix de la performance économique et financière attribué à deux types d'entreprises (celles évoluant dans le secteur non marchand et les entreprises exerçant des activités commerciales) ; le prix de l'efficacité du Conseil d'administration et le prix d'excellence de la gouvernance ou super-prix. Ont été sacrées entreprises performantes sur le plan économique et financier pour cette première édition, au titre des entreprises non commerciales : l'Ageroute (1ère), le Fer (2ème) et le Fodi (3ème) ; s’agissant des entreprises commerciales : Le Lbtp (1ère), le Port autonome de San Pedro (2ème) et la Lonaci (3ème). S’agissant du prix de l’efficacité du conseil d’administration, on enregistre les entreprises suivantes : BNI (1ère), ONAD (2ème) et Versus Bank (3ème) et le super-prix est revenu à l’Ageroute.Le prix de l’innovation a été décerné au ministre Moussa Sanogo qui, par ses actions, a fait des entreprises publiques des moteurs de développement économique de la Côte d’Ivoire. 

Ayoko Mensah

Le DG de l’Ageroute, Dimba Pierre, trophées en main, aux côtés du ministre Moussa Sanogo.

Mine de bauxite de Bénéné// Le Pdg Bictogo présente la certification à Duncan

samedi, 09 novembre 2019 21:37 Written by

Le Vice-président de la République, SEM Daniel Kablan Duncan a reçu au Palais présidentiel, le jeudi 31 octobre dernier, le PDG de la société Lagune Exploitation Bongouanou (LEB), Moumouni Bictogo. L’audience qui s’est déroulée en fin d’après-midi, en présence du Ministre des Mines, Jean-Claude Kouassi, a permis au premier responsable de cette société, M. Moumouni Bictogo, de présenter et de remettre au Vice-président Daniel Kablan Duncan, le rapport de certification des réserves aux normes internationales NI-43-101 de la mine de bauxite de Bénéné. Une grande première en Côte d’Ivoire pour les minerais de base. Au cours des échanges qui ont duré une trentaine de minutes, le PDG de Lagune Exploitation Bongouanou n’a également pas manqué de faire au Vice-président, le point de l’avancement du projet. Aussi a-t-il profité pour présenter à Daniel Kablan Duncan, le nouveau partenaire technique et financier dans le cadre de la construction de l’usine de calcination de la bauxite, en l’occurrence Primtec, filiale du groupe Loeesche, représentée respectivement par MM, Olivier Thomas et Denis Graçia, Directeur Général Afrique et directeur commercial qui ont assisté à cette audience. A cet effet, M. Bictogo  s’est surtout félicité de la bonne exécution des travaux avec de nombreux et nouveaux atouts, matérialisés par l’acquisition d’équipements de pointe pour l’extraction. Il s’agit de l’engin « Surface Miner », réceptionné le 31 août dernier. Autant dire les résultats sont encourageants et prometteurs pour la société « LEB ». D’autant plus que les ressources de 35 millions de tonnes ne concernent qu’un seul gisement sur sept (Gisement de Bénéné), avec une teneur moyenne de 51 pour cent d’alumine comme déjà programmé par LEB. Quant au six autres gisements, ils ont été programmés pour fin 2021. Après avoir écouté attentivement M. Moumouni Bictogo, le Vice-président de la République, SEM Daniel Kablan Duncan l’a, en retour, chaleureusement félicité et l’a encouragé pour cette évolution positive de la Mine de bauxite de Bénéné. 

 Moussa Kader 

Légende photo : Le Vice- président Daniel  Kablan Duncan et  les membres de la  délégation  conduite  par le Pdg  de la société Lagune Exploitation Bongouanou (LEB), Moumouni Bictogo.